Trois Questions & Réponses pour tout savoir sur le célibat

Le célibat, au sens civil, concerne une personne qui n’est pas mariée, mais qui se trouve en union libre, c’est-à-dire en couple. Le sens courant du concept désigne comme célibataire toute personne non engagée avec une autre personne pour une relation amoureuse. Ce phénomène se vit au quotidien dans toutes les sociétés. Le présent article consacre ses lignes à la clarification du phénomène en seulement 3 questions suivies de leurs réponses.

Célibataires endurcis : de quoi s’agit-il ?

On appelle célibataire endurci une personne qui vit dans la solitude, une personne qui ne vit pas en couple et ce, depuis des années. Continuez à lire ici stat-rencontres.fr pour en savoir davantage. Le comble avec ce genre de personne, c’est qu’elle ne compte pas se mettre dans une relation amoureuse à court terme.

À combien peut-on estimer le nombre de célibataires en France ?

Les enquêtes menées à ce sujet par l’Observation Société ont estimé à 10 millions le nombre de célibataires en France, avec une augmentation considération du taux, soit de 6 % de la population en 1962 à 20 % en 2016. Aujourd’hui, le taux de célibataire touche toutes les tranches d’âge surtout les séniors avec un taux désormais supérieur aux 30 %. Cela est principalement dû à l’ampleur des divorces. Aussi faut-il noter que le nombre de célibataires dans le rang des femmes est plus élevé que chez les hommes.

Pourquoi le nombre de célibataires s’agrandit de jour en jour ?

Deux facteurs expliquent cet état de choses. D’abord, peu de gens se marient et tardivement. Ensuite, le nombre de divorces grimpe de façon exponentielle. À titre illustratif, 45 % des mariages finissent par connaître le divorce. La combinaison de ces deux facteurs cautionne la hausse du nombre de célibataires, toute catégorie et d’âge confondu. Par ailleurs, d’autres facteurs peuvent être pointés du doigt comme la fréquence des déménagements, la hausse du coût du logement, la durée trop longue des études supérieures sans oublier l’individualisation de la société.